Intégration dans notre pratique des bouleversements technologiques (intelligences artificielles)

Le point de départ :

 Rapport introductif

L’avocat ne pourra pas être remplacé par un robot, mais devra intégrer les moyens technologiques à l’exercice de son activité

Certaines tâches sont automatisables par essence: tâches répétitives, recherches, etc.

Certaines tâches sont à présent effectuées par des personnes qui ne sont pas avocats: conseil p.ex.

Les besoins en services et assistances juridiques vont augmenter au regard de la complexification des règles : la technologie permet de répondre à cette demande

Comment faire bénéficier les avocats des outils actuels?

Le cheminement :

Les moyens technologiques permettent de se concentrer sur les prestations à plus grande valeur ajoutée: plus de services, plus vite, moins cher

Pour la consultation en ligne, la déontologie encadre avec des règles assez strictes (consultation en ligne automatisée : non)

L’évolution technologique, si elle entraîne une disparition de certaines tâches, permet également d’en créer d’autres : programmeur, création d’outils technologiques adaptés

Vu le coût important au départ des moyens technologiques, la mutualisation permet d’offrir un accès global: au niveau des barreaux? AVOCATS.BE?

Aide juridique: les coûts augmentent et l’enveloppe fermée: les moyens technologiques permettent-ils de répondre à cette problématique?

Les propositions :

Déontologie: examen des dispositions actuelles et adaptation à la réalité contemporaine et anticipation de l’avenir

Formation: la formation universitaire (nouveaux métiers et power users) et des barreaux doivent s’adapter aux technologies avancées: gestion de bases de données, « big data », … ; la formation des stagiaires (qui n’apprendront plus par des tâches de bas niveau) devra aussi évoluer

Données: nous devons être nos propres éditeurs ou négocions sérieusement; favorisons l’open data, réapproprions-nous la doctrine

Financement: coûts très importants de ces outils, et donc nécessaire mutualisation des coûts (€ et temps), qui permet un accès plus large; intégration de l’OVB ?

« Automatisation » de la première ligne, aiguillage plus efficace, gain de temps et d’argent

Composition de l’atelier :
  • Coordinateur : Jean-François @Henrotte
  • Rapporteur introductif : @francoiscoppens
  • Expert : @psempe (IBM Watson)
  • Rapport de synthèse : Arnaud Lebas (@arnolbs)
  • Nouveaux membres: Thibaut Postel et Philippe Dhondt

Pour entrer en contact avec le coordinateur de l’atelier : jfhenrotte@philippelaw.eu

Conclusion en vidéo :